LE CHEMIN DE L’ESPOIR

177 kilomètres, 50 heures de marche

Et voilà pourquoi Jean-François ROCHE s’entraîne depuis quelques temps. Du 20 au 27 juillet prochain, il suivra le chemin d’évasion de son Grand-Père.

En juin 1940, Pierre Planche, son Grand-Père, alors canonnier au 185ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée est fait prisonnier par la Wehrmarcht à Xaronval dans les Vosges. Le 20 août, alors qu’il doit être transféré du camp de Weselberg (Sarre), il s’évade et rejoint en 8 jours de marche Lunéville où il prend le train pour retrouver les siens dans le Puy de Dôme.

Il a tenu un journal de guerre tout au long de son incorporation et a retracé son chemin de l’espoir. Il suivra donc ses pas en 8 jours, sur 177 kilomètres et 50 heures de marche. Contrairement à lui, Jean-François aura un lit chaque soir (merci Airbnb et les Gîtes de France Meurthe et Moselle) et un bon repas.

Il a souhaité réaliser ce projet au profit de l’Aremig. Jean-François nous connait bien car il nous accompagne avec beaucoup de professionnalisme, d’investissement et de bienveillance sur un vaste projet de communication. Comme son grand-père, l’Aremig bâtit tous les jours un chemin de l’espoir pour les enfants malades et leur famille.

Chaque jour, il marchera pour un enfant guéri, en soin ou en sa mémoire avec l’objectif de lever un peu d’argent.

Si vous voulez l’encourager, nous encourager, donnez sur www.aremig.org.

Vous pouvez le suivre sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/jeanfrancois.roche.37?epa=SEARCH_BOX

Ce contenu a été publié dans Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.